DeutschEAUTARCIE, la gestion durable de l'eau dans le mondeEnglishEAUTARCIE, la gestion durable de l'eau dans le mondeEspañolEAUTARCIE, la gestion durable de l'eau dans le mondeFrançaisEAUTARCIE, la gestion durable de l'eau dans le mondeMagyarEAUTARCIE, la gestion durable de l'eau dans le mondeNederlandsEAUTARCIE, la gestion durable de l'eau dans le monde
Site d'information basé sur les travaux de Joseph Országh Site d'information basé sur les travaux de Joseph Országh Site d'information basé sur les travaux de Joseph Országh
Eautarcie EAUTARCIE Eautarcie- Joseph Országh
AccueilIntroductionAssainissement EcologiqueValorisation de l'Eau de PluieGestion des eaux grisesToilettes SèchesEautarcie en Ville et dans le Mondegestion Conjointe de l'Eau et de la BiomasseRéflexions sur les politiques de l’eauPlan du site – Lexique – FAQ – Documentation La gestion durable de l'eau dans le monde
Gestion conjointe de l'Eau et de la Biomasse
Valorisation énergétique de la biomasse

Vers la maîtrise des changements climatiques

Scénarios énergétiques dans un monde durable

Recherche d'un terme
sur le site eautarcie.org 
Loading

Pour voir des maisons en «EAUTARCIE », cliquez ici.

Il est instructif de lire un témoignage venant d'Andalousie (Espagne) sur les bienfaits de l'Eautarcie en région sèche.

Première publication du texte de la présente page sur www.eautarcie.com: janvier 2007

Adaptation du texte original et première publication de la présente page sur www.eautarcie.org : 2009-11-19

Mise à jour : 2016-02-22


Sur la valorisation énergétique de la biomasse

Actuellement, on est à la recherche de toutes les sources d'énergie dites «alternatives» en vue de remplacer les énergies d'origine fossile. On se rabat, logiquement sur la biomasse, source d’énergie réputée «renouvelable». Or cette énergie n’est renouvelable qu’à condition de respecter une série de règles.

Un gâchis environnemental dangereux

Contrairement aux idées généralement admises, la combustion de la biomasse, qu'elle soit sous forme de biocarburant liquide (tel que le bioéthanol), gazeux (tel que le bio-méthane), ou solide (tel que le bois, y compris sous forme de «pellets»), ne s'inscrit absolument pas dans le concept du développement durable. Cela s'applique à toute la biomasse présentement exploitée d'une manière ou une autre à des fins énergétiques, provenant par exemple:

• de plantations énergétiques sylvicoles (par exemple, de bois à croissance rapide, pour la production de granulés de bois (« pellets ») ou de bois de chauffage);
• de plantations énergétiques agricoles (de cultures sélectionnées pour la production de biogaz ou de bioéthanol);
• des lisiers d'élevages industriels et des boues de stations d'épuration (incinérés pour produire de la chaleur ou transformés par fermentation pour produire du biogaz);
• des sous-produits et résidus sylvicoles ou agricoles et des déchets domestiques ou industriels enfouis dans des sites d'enfouissement spécialisés (pour la récupération de biogaz) ou incinérés (pour la production de chaleur de procédés).

La valeur biologique de la biomasse détruite par combustion est supérieure à celle de l'énergie récupérée. Surtout dans le contexte actuel de gabegie énergétique. Suite aux activités humaines, notre terre est en train de perdre sa biomasse. Le maintien d'une certaine masse dans la biosphère est un facteur important des grands équilibres naturels, notamment ceux qui garantissent la stabilité de la température. En-dessous d'une masse critique les phénomènes de déséquilibre risquent de s'emballer, avec des conséquences dont nous ne pouvons encore prévoir la gravité.

Cinquante années d'agrochimie et d'agriculture industrielle ne font qu'aggraver les conséquences de surpâturage et de déboisement massif perpétré par les hommes depuis des siècles, voire des millénaires. Depuis l'apparition des civilisations, les régions fertiles des continents ne cessent de rétrécir. Il n'est pas exagéré de dire que l'histoire de l'humanité est une histoire d'humus. Les plus grandes guerres et des migrations de peuples trouvent in fine leur origine dans la disparition de l'humus de leurs terres. Contrairement à ce qui s'est passé jusqu'aux temps modernes, l'humanité actuelle n'a plus de nouvelles terres à conquérir, à mettre en valeur – c'est-à-dire détruire. Nous sommes arrivés à un point tel qu'on a absolument besoin de chaque kilogramme de biomasse animale et végétale pour régénérer les écosystèmes. La teneur en humus des terres agricoles, mais aussi des sols forestiers a chuté à un dixième de sa valeur en moins d'un siècle. Même si personne ne semble l'admettre, c'est la cause profonde de nos problèmes d'eau et aussi de la pollution par les nitrates.

La destruction de la biomasse animale (y compris les déjections humaines) sous prétexte d'épuration (même la phytoépuration par les plantes!), et de la biomasse végétale pour la production d'énergie, prépare des déséquilibres graves dans la biosphère, comme la désertification, les sécheresses, les inondations. Elle renforce aussi d'une manière importante le réchauffement planétaire. La destruction massive de la biomasse rejette beaucoup de CO2 dans l'atmosphère, mais surtout diminue la capacité de régénération des écosystèmes susceptibles de piéger les gaz à effet de serre.

Compte tenu de ce fait, l'utilisation des biocarburants (biodiesel, bioéthanol, biogaz, pellets de bois) est un gâchis immense et compromet notre avenir.

Énergie de la biomasse, mais autrement

Le compostage versus la combustion

Sans une connaissance approfondie du mécanisme de fixation de l'énergie solaire dans la biomasse végétale, il est dangereux de se lancer dans la combustion inconsidérée de la biomasse disponible. Ce qui ne signifie absolument pas qu'il faut renoncer à la biomasse pour la production d'énergie. Tout au plus, il faut procéder autrement. La biomasse végétale peut fournir beaucoup d'énergie à basse température, donc pour le chauffage.

Même si la plupart des scientifiques les ignorent, les observations expérimentales s'accumulent pour montrer que pendant la photosynthèse, les plantes semblent fixer plus d'énergie solaire que celle qu'on peut en récupérer par combustion simple. Ce fait paradoxal n'a pas encore une explication scientifique satisfaisante. Si ces observations devaient se confirmer, elles ouvriraient des perspectives encourageantes devant la valorisation énergétique de la biomasse, sans déséquilibrer la biosphère.

Si l'on veut utiliser la biomasse végétale pour la production d'énergie, la filière la plus rationnelle me semble être la récupération de la chaleur du compostage de biomasse pour le chauffage, par exemple, des bâtiments et des serres. Lors de sa combustion, la biomasse carbonée est intégralement transformée en CO2. La différence du compostage est qu'après la récupération de son contenu énergétique, le compost obtenu reste disponible pour la régénération des terres agricoles et forestières, voire même pour un programme de reconquête du désert.

Par cette option, on renforce donc l'écosystème pour piéger le CO2 de l'atmosphère (diminuer l'effet de serre par «puits à carbone»), on rejette moins de CO2 et on obtient au moins autant d'énergie que par la combustion - peut-être plus...

La valeur biologique de la biomasse

C'est la raison pour laquelle, depuis des années, je dis haut et fort:

«La valorisation énergétique de la biomasse - du moins dans le contexte actuel - est un immense gâchis. La valeur biologique de la biomasse détruite sous prétexte de valorisation énergétique (ou d'épuration) est bien supérieure à celle de l'énergie obtenue».

Dans l'intérêt de la biosphère il n'est donc pas conseillé de brûler les pellets de bois, du biogaz ou des biocarburants. La filière de compostage valoriserait aussi la biomasse d'origine animale et humaine. L'imprégnation du bois pourrait se faire avec l’effluent des toilettes ou du lisier d'élevage, par exemple. C'est sans doute la façon la plus rationnelle d'éliminer (ou plutôt de recycler) ces déchets. C'est à ce niveau que se trouve la véritable justification de la suppression des W.-C. à chasse et la généralisation des bonnes toilettes sèches.

En renforçant les sols forestiers par le compost obtenu, on augmenterait encore la production du bois à l'hectare et on piégerait de plus en plus de CO2 pour freiner l'échauffement planétaire. Avec la combustion directe du bois, et des biocarburants, on le renforce.

De plus, dans les régions caractérisées par des hivers froids, où la consommation d'énergie pour le chauffage des habitations peut être substantielle (environ 60% du besoin global à Bruxelles comme à Montréal), le chauffage par le compost pourrait couvrir une proportion non négligeable des besoins, tout en permettant de régénérer les terres.

Production alimentaire versus biocarburants

Les gouvernements de plusieurs pays industrialisés font actuellement la promotion de la production des biocarburants. Dans un avenir relativement proche, il est à craindre que cette activité entrera en concurrence avec la production alimentaire mondiale. Un choix devrait alors être fait: nourrir la population des pays pauvres ou alimenter la gabegie énergétique des pays riches.

Retour au Plan du site.

TOP

Accueil - Introduction - Assainissement Ecologique - La Valorisation de l'Eau de Pluie - Gestion des eaux grises - Toilettes Sèches - Eautarcie en Ville et dans le Monde - Gestion Conjointe de l'Eau et de la Biomasse - Réflexions sur les politiques de l’eau - Annexes