DeutschEAUTARCIE, la gestion durable de l'eau dans le mondeEnglishEAUTARCIE, la gestion durable de l'eau dans le mondeEspañolEAUTARCIE, la gestion durable de l'eau dans le mondeFrançaisEAUTARCIE, la gestion durable de l'eau dans le mondeMagyarEAUTARCIE, la gestion durable de l'eau dans le mondeNederlandsEAUTARCIE, la gestion durable de l'eau dans le monde
Site d'information basé sur les travaux de Joseph Országh Site d'information basé sur les travaux de Joseph Országh Site d'information basé sur les travaux de Joseph Országh
Eautarcie EAUTARCIE Eautarcie- Joseph Országh
AccueilIntroductionAssainissement EcologiqueValorisation de l'Eau de PluieGestion des eaux grisesToilettes SèchesEautarcie en Ville et dans le Mondegestion Conjointe de l'Eau et de la BiomasseRéflexions sur les politiques de l’eauPlan du site – Lexique – FAQ – Documentation La gestion durable de l'eau dans le monde
Toilettes Sèches
Utiliser une toilette sèche

Notre relation à nos déjections

Culture de merde

Toujours des excuses

Trois générations de toilettes sèches

Mode d'emploi de la TLB

Composition chimique des déjections

Compostage des déjections humaines

TLB dans le commerce

Recherche d'un terme
sur le site eautarcie.org 
Loading

«Ainsi le saint a-t-il dit:
Accepter toutes les immondices du royaume,
C'est être le seigneur du sol et des céréales.»
Lao-Tseu, Tao-Tö king 78e chapitre

Dans notre rapport culturel avec nos déjections, il est instructif de méditer sur le texte suivant.
Malheureusement toutes les excuses sont bonnes pour ne pas passer à l'action. Pour en voir des exemples teintés d'humour, cliquez ici.

Le présent chapitre est adapté d'un texte original destiné à une publication collective: «Notre relation à nos déjections» dont la première publication sur www.eautarcie.com remonte à 2004

Adaptation du texte original et première publication de la présente page sur www.eautarcie.org : 2009-10-09

Mise à jour : 2012-05-08


Notre relation à nos déjections

La santé du sol conditionne aussi la nôtre

La révolution verte du 20ème siècle a entraîné le monde agricole dans une impasse suicidaire, alors que son objectif était de sortir l'humanité de la disette ancestrale. Les spécialistes ne réalisent pas encore que le problème trouve son origine dans la volonté de «dominer» la production alimentaire, arracher à la terre le maximum de rendement. Le rendement à l'hectare est devenu une sorte d'obsession pour les techniciens de l'agriculture. L'introduction des engrais de synthèse a entraîné automatiquement les besoins en produits phytosanitaires. Ceux-ci ont détruit, saccagé les écosystèmes agricoles à un point tel qu'actuellement plusieurs se demandent si l'on pourra se passer de l'étape ultime de la destruction du milieu agricole par les organismes génétiquement modifiés. Cet engrenage diabolique a déjà provoqué des accidents de santé spectaculaires, mais il y a beaucoup à parier que le pire est encore à venir.

J'ai souvent discuté avec des collègues des facultés des sciences agronomiques sur la production alimentaire. Ils font toujours valoir l'argument suivant lequel sans les techniques agricoles intensifiées modernes, l'humanité crèverait de faim. Je pense personnellement que ce problème n'est pas aussi simple pour qu'on puisse le ramener à des chiffres de production. Les rendements agricoles ont effectivement augmenté, mais on oublie trop souvent que:

- dans les pays en voie de développement, la population ne mange pas plus qu'avant la révolution agricole, notamment en raison de la mobilisation des meilleures terres pour des cultures de spéculation; la production vivrière a été repoussée vers les terres marginales, moins fertiles;

- la majorité des terres ne sert pas à la production alimentaire, mais à nourrir le bétail des pays riches; la population de ces pays, gavée de viande de basse qualité développe les maladies de la «mal bouffe»;

- nourrir un Végétarien demande dix à vingt fois moins de terres que pour une personne à régime carné;

- des millions d'hectares de bonnes terres disparaissent chaque année suite aux problèmes d'érosion provoqués par le manque d'humus dû aux techniques agricoles dites «modernes».

J'ai cru rêver quand j'ai lu les consignes données à un agriculteur qui avait apporté un échantillon de sa terre pour analyse dans un laboratoire spécialisé. L'intéressé avait au préalable répondu à un questionnaire relatif aux récoltes obtenues sur cette parcelle et la culture projetée.

L'analyse portait sur des nutriments (azote, phosphore, potassium) et quelques éléments (magnésium, manganèse, zinc, cuivre, etc.). Afin d'obtenir le rendement optimal pour la culture projetée, un bilan de nutriments avait été dressé sur base de cette analyse. Le nombre de kilos d'azote, de phosphore, de potassium, etc., à l'hectare avait ainsi été déterminé.

Ce type de démarche trahit une méconnaissance totale des relations intimes qui existent entre la terre et la plante.

Le sol n'est pas un milieu minéral dans lequel poussent les végétaux qui ont besoin de nutriments. La terre fertile est un milieu dans lequel vivent en symbiose des milliards d'organismes pour assurer la naissance et le développement de plantes qui constituent la base de la vie sur Terre. Les plantes qui stockent l'énergie solaire sous forme de biomasse nous relient directement au Cosmos [1]. Il n'est pas exagéré de dire que l'ensemble des organismes qui vivent dans le sol constitue une sorte de super être vivant. Sans eux et avec des engrais chimiques, malgré les apparences, la plante qui se développe est malade. Une telle plante tombe plus facilement malade et attire aussi les parasites. C'est ainsi qu'on entre dans le cercle vicieux de l'usage des produits phytosanitaires. La santé de la plante dépend de celle du sol.

[1]
Pour approfondir cette affirmation qui peut paraître surprenante à certains, lire le «Cours aux agriculteurs» de Rudolf Steiner, paru aux Editions Antroposophiques Romandes, Cf. réf. 2. Les bio-dynamistes dont la «bible» est le «Cours aux agriculteurs» ont tendance à faire des raccourcis des notions exposées par Steiner et dire que «les planètes influencent le développement des plantes». Steiner n'affirme que le mouvement des planètes constitue une sorte d'«horloge cosmique» qui indique certains moments de ce développement. Depuis le milliard d'années de vie végétale, le biorythme des plantes s'est adapté à l'environnement cosmique de la Terre. Ce n'est donc pas étonnant d'observer expérimentalement des corrélations entre la position des planètes (et de la Lune) et l'état de développement (ou des propriétés) des plantes.

Nous savons aussi que sans les plantes, il n'y a pas de vie animale, ni de vie humaine. D'un autre côté, l'animal et l'humain sont aussi indispensables pour les plantes: leurs déjections et leurs dépouilles, avec celles des plantes, nourrissent l'ensemble des êtres vivants du sol. Ainsi, le cycle est bouclé. Lorsqu'un de ces éléments de la chaîne est malade, l'ensemble est malade.

La plupart des traditions, dont la nôtre, accordent un rôle fondamental à la terre. L'homme a été créé à partir de la terre et, après la mort, il redevient terre. N'est-ce pas une belle illustration des grands cycles naturels? Nos relations avec la terre constituent un élément d'une importance capitale pour le devenir de l'humanité. La tradition judéo-chrétienne a occulté le chaînon de notre retour à la terre en attribuant les pires abominations à nos déjections. Ce dérapage a des conséquences environnementales tellement importantes qu'on ne peut les comparer qu'aux conséquences de l'effet de serre dues en partie à la combustion irresponsable de nos réserves de carburant fossile, de l'autre à la destruction massive de la biomasse sous prétexte d'épuration et de valorisation énergétique. Sur le plan scientifique, l'émergence au 19ème siècle de l'hygiénisme et celle du génie sanitaire ont profondément modifié ce rapport, malheureusement pas dans le bon sens.

Notre répulsion vis-à-vis de nos déjections

Le nœud du problème se situe au niveau de nos relations avec nos déjections. Au lieu de développer une vision pragmatique, nous essayons d'escamoter ces relations dans les sens propre et figuré du terme.

Suivant la tradition, le sommeil est à l'image de la mort. De même, la défécation nous conduit aussi un peu dans l'antichambre de la mort, mais, comme dans le sommeil, cette mort n'est pas définitive, elle est le point de départ d'une vie nouvelle.

L'usage d'une TLB touche à notre conditionnement, à notre éducation pendant les premières années de notre vie. Dès son plus jeune âge, l'enfant apprend qu'il doit se méfier de ses déjections, car elles sont porteuses de maladies. Il entendra souvent dire à leur sujet que «c'est sale». Et l'odeur développée par ses excréments viendra appuyer cette sentence des adultes. Avant l'âge de 2 ans, nous sommes «formatés» sur de nombreux points. Certains peuvent modifier le programme initial, d'autres pas [2].

[2]
Dans mes conférences sur la TLB, je raconte parfois l'histoire de la petite Florentine dont les parents ont adopté la TLB avant sa naissance. Même très petite, il y avait déjà de la litière dans son petit pot de chambre. Ses parents, membres des Amis de la Terre, parlaient souvent de la «pollution de l'eau». Florentine a donc compris cette chose à son niveau. C'est à l'âge de 5 ans, à l'occasion d'une visite chez des amis, qu'elle a vu la première fois un W-C à chasse. Elle en sortait aussitôt, en précisant à sa mère que «il y a de l'eau dans le pot». Sa mère l'a rassuré en disant que c'était un pot avec de l'eau. Après quelques dizaines de secondes Florentine est de nouveau ressortie du W-C en déclarant que «ça ne va pas du tout». À la demande de sa mère, elle a déclaré: «Mais on ne peut tout de même pas salir l'eau, ce n'est pas bien!». Je trouve que dans ce mot d'enfant il y a plus de sagesse et de bon sens que dans un gros volume de science de génie sanitaire.

Comme l'exprime aussi Joseph Jenkins,

«Le problème n'est pas de nature pratique, mais de nature psychologique. Plusieurs considèrent l'idée de composter leurs propres déjections comme peu dignes d'elles. En Inde, une telle tâche se voyait confiée au «intouchables», la caste la plus basse dans l'échelle de cette société. Le geste de transporter ses propres excréments est un acte d'humilité, et l'humilité est une qualité parfois rarissime.» [3].

[3]
extrait tiré et traduit de «The Humanure Handbook : A Guide to Composting Human Manure », c'est-à-dire «Le manuel des déjections humaines : un guide de compostage du fumier humain», page 155, Éditions Joseph Jenkins Inc., 3e édition en 2005.

A partir de cette répulsion inculquée naissent les aberrations qui touchent la santé, l'hygiène, l'agriculture et l'assainissement. En fin de chaîne, c'est la destruction des écosystèmes. Ces aberrations désorganisent et détruisent complètement l'unité constituée par l'homme, l'animal, la plante, le sol, l'eau et l'environnement. Mis à part des problèmes énergétiques, tous les problèmes environnementaux trouvent leur origine dans cette erreur de base.

Hygiénisme: idéologie du développement insoutenable

Hygiénisme et santé

La répulsion vis-à-vis des déjections, a développé une vision éloignée des réalités concernant les relations entre les micro-organismes et la maladie. Pendant que tout l'arsenal technique de la biologie et de la médecine a été mobilisé pour prouver que la plupart des maux affligeant l'humanité trouvent leur origine dans ces êtres microscopiques présents dans les déjections humaines et animales, on a un peu perdu de vue que depuis des milliers de générations, notre système immunitaire a génétiquement été programmé pour vivre dans un équilibre dynamique avec ces êtres microscopiques. Par contre, les réactions aux biocides de synthèse n'ont pas été incorporées dans ce programme. Les médecins qui soignent les affections allergiques pourraient en dire plus. Les micro-organismes les plus dangereux sévissent précisément en milieu hospitalier où l'hygiénisme est de rigueur.

La vision hygiéniste a abouti à un véritable désastre sur le plan de la gestion de l'eau dans le monde. Outre le problème de l'eau potable, cette vision a assimilé l'eau à un produit qui purifie, lave et emporte toutes les saletés. Ce qu'elle a par contre oublié, c'est qu'en emportant nos «saletés» l'eau aussi est souillée.

La gestion des eaux usées

Qu'à cela ne tienne – disent les techniciens en génie sanitaire – nous allons l'épurer. C'est à ce niveau que commence une série d'options techniques incorrectes qui font de l'eau dans le monde un problème environnemental, économique et politique de premier ordre. Le plus grave est que le monde de la haute finance qui se trouve derrière les industriels de l'eau dispose des moyens pour infléchir les décisions politiques en matière de gestion de l'eau. C'est la raison pour laquelle la législation de l'eau dans le monde barre la route à l'extension de toute technique basée sur une vision plus réaliste de prévention des problèmes. La désinformation du public bien conditionné par plus un siècle de pensée hygiéniste constitue la garantie de pérennité de l'aberration institutionnalisée pour la gestion de l'eau. Nous sommes entrés dans une spirale d'escalade de pollution – dé-pollution où les ressources de plus en plus rares en eau glisseront progressivement dans les mains de ceux qui les utiliseront comme moyen de pression et de domination.

Une des conséquences la plus grave de la conception hygiéniste est le développement d'une véritable phobie irrationnelle (et névrotique) des déjections qui barre la route à leur réintroduction dans le cycle de formation des sols. Les incohérences scientifiques de la position officielle font légion dans ce domaine. On a peur d'utiliser le produit obtenu après 2 années de compostage des effluents d'une toilette sèche, mais on admet (on encourage même) l'épandage des gadoues des fosses septiques sur les terres agricoles.

Le virage vers la gestion durable ne viendra jamais du monde politique, ni de spécialistes de l'eau au service des industriels. Il appartient à la partie du public bien informé de changer les choses.

Pour ce faire, le point de départ est de prendre pleinement conscience du fait que les déjections humaines et animales ne sont pas des déchets à éliminer sous prétexte d'épuration ou de dé-pollution, mais qu'elles font partie intégrante de la biosphère. Elles constituent le chaînon qui nous relie à la terre. La santé de celle-ci en dépend et déterminera l'alimentation des générations futures et peut-être la possibilité de vie même sur cette planète. Il est vraiment peu probable que des techniciens de l'eau arrivent un jour à cette conclusion, sans la pression de l'opinion public.

Pourtant l'idée n'est pas nouvelle. Que disait à ce sujet, il y a bien plus d'un siècle, Victor HUGO dans «Les misérables» ?

«Paris jette par an 25 millions à l'eau. Et ceci sans métaphore. Comment et de quelle façon? Jour et nuit. Dans quel but? Sans aucun but. Avec quelle pensée? Sans y penser. Pour quoi faire? Pour rien. Au moyen de quel organe? Au moyen de son intestin. Quel est son intestin? Son égout. 25 millions, c'est le plus modéré des chiffres approximatifs que donnent les évaluations de la science spéciale. La science, après avoir longtemps tâtonné, sait aujourd'hui que le plus fécondant et le plus efficace des engrais est l'engrais humain. Les Chinois, disons-le à notre honte, le savaient avant nous. Pas un paysan chinois, c'est Eckelberg qui le dit, ne va à la ville sans rapporter, aux deux extrémités de son bambou, deux seaux pleins de ce que nous nommons immondices. Grâce à l'engrais humain, la terre en Chine est encore aussi jeune qu'au temps d'Abraham. Le froment chinois rend jusqu'à cent vingt fois la semence. Il n'est aucun guano comparable en fertilité aux détritus d'une capitale. Une grande ville est la plus puissante des stercoraires. Employer la ville à fumer la plaine, ce serait une réussite certaine. Si notre or est fumier, en revanche, notre fumier est or. Que fait-on de cet or fumier? ... On le balaye à l'abîme. On expédie à grands frais des convois de navires afin de récolter au pôle austral la fiente des pétrels et de pingouins, et l'incalculable élément d'opulence qu'on a sous la main, on l'envoie à la mer. Tout engrais humain et animal que le monde perd, rendu à la terre au lieu d'être jeté à l'eau, suffirait pour nourrir tout le monde. Ces tas d'ordures du coin des bornes, ces tombereaux de boues cahotés la nuit dans les rues, ces affreux tonneaux sur la voirie, ces fétides écoulements de fange souterraine que le pavé cache (N.B. Il s'agit des égouts) savez-vous ce que c'est? C'est de la prairie en fleur, c'est de l'herbe verte, c'est du serpolet et du thym et de la sauge, c'est du gibier, c'est du bétail, c'est le mugissement satisfait des grands boeufs le soir, c'est du foin parfumé, c'est du blé doré, c'est du pain sur votre table, c'est du sang chaud dans nos veines, c'est la santé, c'est la joie, c'est la vie. Ainsi le veut cette création mystérieuse qui est la transformation sur la terre et la transfiguration dans le ciel.» (Texte lu par Danielle BAILLY)

D'une manière plus pratique, disons que les déjections humaines (W.-C.) et celles de nos animaux (élevages hors sol) n'ont pas leur place dans l'eau. Le gâchis réalisé par leur rejet dans l'eau et la volonté d'épurer à tout prix est la cause numéro un de la dégradation de nos écosystèmes dans lesquels l'eau est de plus en plus malade et devient de plus en plus rare. En ce sens, le principe même de l'épuration des eaux usées urbaines est incompatible avec le concept du développement soutenable. Lorsque les techniciens en génie sanitaire réaliseront le fait qu'il faut absolument éviter d'épurer les eaux usées urbaines ils auront fait un pas géant vers l'assainissement réellement durable. Les eaux usées doivent et peuvent être réutilisées intégralement.

Lire à ce sujet les chapitres consacrés à l'assainissement écologique.

Pour continuer la lecture, passer au chapitre sur Les trois générations de toilettes sèches.

TOP

Accueil - Introduction - Assainissement Ecologique - La Valorisation de l'Eau de Pluie - Gestion des eaux grises - Toilettes Sèches - Eautarcie en Ville et dans le Monde - Gestion Conjointe de l'Eau et de la Biomasse - Réflexions sur les politiques de l’eau - Annexes